Créateurs

header-interne-3

Bien que les taux de suicide aient diminué depuis le tournant des années 2000, trois personnes s’enlèvent encore la vie chaque jour au Québec. On estime que chacune d’elles plonge une vingtaine de personnes dans un deuil douloureux. Puisque nous sommes nombreux à être touchés par le problème, ce n’est pas un hasard si cette réalité québécoise inspire des auteurs, des réalisateurs ou des musiciens.

Les histoires mettant en scène des personnages aux prises avec des problèmes de santé mentale ou des idées suicidaires peuvent s’avérer touchantes et authentiques, mais elles peuvent aussi bouleverser des personnes vulnérables. Certaines pourraient s’identifier au personnage qui s’enlève la vie et poser elles-mêmes un geste suicidaire.

Dans les sociétés occidentales, le suicide est de plus en plus présent dans les œuvres de fiction et souvent montré de façon sensationnaliste. Les scènes sont plus longues et plus détaillées qu’avant.

Puisque cela peut avoir une influence sur des personnes vulnérables ou touchées par le problème, il est recommandé de se questionner dès le début du processus créatif : est-il nécessaire d’en parler? Si oui, comment l’aborder de façon respectueuse et préventive? L’idée n’est pas de créer un tabou, mais de choisir la bonne façon de parler du suicide. Une meilleure compréhension du suicide ainsi que des mythes et des facteurs de risque qui lui sont associés peut d’ailleurs rehausser l’authenticité d’une œuvre.

Éléments à considérer

  • Une scène dramatique de suicide peut heurter certaines personnes plus vulnérables, par exemple celles qui ont des idées suicidaires ou celles qui ont perdu un être cher par suicide.
  • Il a été démontré qu’un portrait détaillé du moyen utilisé par la personne décédée par suicide amène certaines personnes à poser le geste avec le même moyen.
  • Les explications simplistes doivent être écartées. Le suicide est multifactoriel. Le message retenu par le public ne doit pas être que le suicide est la solution à tel ou tel problème.
  • Il faut éviter de glorifier le suicide ou de faire du sensationnalisme. Le suicide n’étant ni glamour ni romantique, il ne faut pas laisser cette impression au spectateur. Le suicide est un geste irréversible posé pour résoudre des problèmes temporaires.
  • Il est important de montrer les répercussions du suicide sur l’entourage. Le suicide est toujours un drame pour l’entourage proche (famille, amis, voisins, collègues). Il a aussi un effet sur la communauté plus large.
  • Lorsque c’est possible, proposer des ressources d’aide disponibles.

N’hésitez pas à consulter un professionnel de la prévention du suicide pour être guidé dans votre création. L’AQPS le fait occasionnellement et l’exercice ne dénature pas l’idée originale du créateur.

En savoir plus

Nous joindre

5400, boul. des Galeries, local 575
Québec (Québec) G2K 2B4

Personnes endeuillées

Inscrivez-vous au forum d'échange.

* Champs requis