Intervenants

header-interne-7

À titre d’intervenant et de professionnel, que vous soyez spécialisé ou non en prévention du suicide, la problématique du suicide fait partie de votre réalité. Parfois, vous devez agir pour assurer la sécurité et le bien-être des personnes qui utilisent vos services ou vous devez répondre aux interrogations de votre organisation sur la façon d’aborder le sujet ou sur les activités de prévention à mettre en place dans votre milieu.

Quelques conseils sur les façons de parler du suicide

De façon générale avec la clientèle :

  • Abordez le sujet et posez des questions sur la présence d’idées suicidaires. Cette discussion permettra de déterminer les priorités à mettre en place dans l’intervention ou le suivi. Cela devrait faire partie de la routine d’intervention auprès des personnes en détresse, comme on vérifie la pression et la température d’une personne qui consulte un médecin pour un problème de santé physique.
  • Faites une intervention permettant d’estimer le danger d’un passage à l’acte suicidaire. Si vous n’êtes pas formé pour le faire, dirigez rapidement la personne vers un collègue qui pourra s’en charger.
  • Si vous dirigez la personne vers un autre intervenant ou organisme, assurez-vous que quelqu’un est en mesure de prendre véritablement le relais.
  • Prenez connaissance des bonnes pratiques en matière d’intervention en prévention du suicide.

Parler du suicide en contexte de postvention
(Intervention à la suite d’un suicide)

Prenez le temps. Même si le suicide crée une onde de choc dans le milieu, il faut planifier les interventions.

  • Repérez les personnes touchées et cernez leurs réactions (stress, crise, deuil).
  • Déterminez les interventions à mettre en place (soutenir les personnes endeuillées et celles qui partageaient une proximité physique avec la personne décédée, repérer les personnes vulnérables et prendre soin des témoins).
  • Assurez-vous que le milieu a les ressources nécessaires pour affronter la situation (il est possible de recevoir du soutien du centre de prévention du suicide ou du CISSS/CIUSSS de votre milieu).
  • Des lignes directrices sont disponibles.

Comment parler du suicide aux jeunes?

  • Parlez de façon générale des personnes suicidaires et non de la personne décédée ou de son histoire (dépersonnalisez le discours).
  • Permettez l’expression des émotions (choc, peur, anxiété, tristesse, etc.) et légitimez-la tout en mentionnant que chacun peut réagir différemment à l’événement.
  • Clarifiez les fausses croyances (mythes) et les rumeurs que les jeunes expriment au sujet du suicide.
  • Faites connaître les ressources disponibles dans le milieu, dont la ligne 1 866 APPELLE, le texto court 535353 et le système de clavardage en ligne de suicide.ca, accessible 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
  • Assurez-vous que le suicide n’est pas perçu comme un geste romantique, héroïque, inévitable pour mettre fin à ses souffrances, notamment dans la mise en place d’un rituel.

Pour aller plus loin :

Nous joindre

5400, boul. des Galeries, local 575
Québec (Québec) G2K 2B4

Vivre un deuil par suicide

Une communauté en ligne pour échanger et découvrir quoi faire pour aller mieux.

* Champs requis